Ancien matériel

Un foyer abordable et stable est un préalable à la bonne santé, à l’installation efficace des familles immigrantes et aux réalisations scolaires. Une absence de logement abordable et adéquat constitue un obstacle considérable chez les populations vulnérables, y compris les aînés, les Autochtones, les familles monoparentales et les personnes handicapées.
 
Le logement est aussi directement lié à la croissance économique et aux politiques durables. Attirer une main-d’œuvre qualifiée dépend dans une grande mesure de la mesure dans laquelle le logement est abordable et accessible dans une collectivité donnée. La construction et la réparation du logement créent des emplois et ont un effet multiplicateur économique important, notamment les liens avec les secteurs de l’environnement et de l’énergie, la création d’emplois écologiques et, par le truchement des mesures fiscales, la fourniture d’incitatifs au secteur privé pour l’aménagement de logements locatifs indispensables.
 
En bref, le logement est important. Un logement abordable et sûr est l’assise même de la santé et de la prospérité de la personne, de la collectivité et de l’ensemble du Canada. Pourtant le Canada, un pays riche, vit une crise de l’habitation pour ce qui est de l’abordabilité des logements. Parmi les plus de 13 millions de ménages canadiens, un sur quatre est confronté à une situation de logement peu abordable car il consacre plus de 30 % de son revenu à son abri. Beaucoup même dépensent plus de 50 % de leur revenu total au paiement du loyer, ce qui les place à risque élevé de basculer dans l’itinérance et le délabrement.  
 
Lutter pour demeurer hébergé laisse peu ou pas de ressources pour les autres aspects de la vie comme l’éducation et le perfectionnement des compétences, les activités familiales, l’épargne-retraite et, chez bon nombre, pas même les aliments sains. Cette lutte déclenche un cycle de pauvreté dont beaucoup peinent à se sortir.  
 
Vivre dans un logement de piètre qualité et surpeuplé, dans des conditions éprouvantes, constitue un facteur contributif de problèmes de santé qui mènent à la non-employabilité des personnes ou, chez certains, à la diminution de leur longévité.  La maladie mentale et les toxicomanies sont généralisées parmi les personnes qui vivent sous le seuil de la pauvreté et bon nombre composent avec leur situation en abusant de l’alcool et des autres drogues. L’incidence des séjours à l’hôpital, surtout la fréquentation des salles d’urgence, est élevée, tout comme le sont les coûts des services policiers et les taux d’emprisonnement.
 
À son paroxysme, le logement peu abordable plonge beaucoup de personnes dans l’itinérance. Chaque nuit, 30 000 personnes sont sans abri au Canada; et, au cours d’une année, jusqu’à 200 000 se retrouvent sans domicile fixe où s’abriter. Disposer d’un logement sûr est synonyme d’estime de soi et, à défaut, d’un sentiment d’exclusion.
 
Un logement abordable pour les Canadiens les plus vulnérables est le point focal de l’initiative Un logement pour tous de l’ACHRU.
Agissez!
Our Twitter Feed FR