Les témoignages

Les citations suivantes font ressortir les conversations sur les habitations sociales qui ont cours à l’échelle du Canada et, surtout, qui aident à justifier qu’on mette l’accent sur la question. Qu’il s’agisse de demander directement qu’on investisse davantage dans les logements sociaux ou qu’on règle les problèmes sociétaux plus vastes qui englobent ce besoin, il y a de nombreux organismes, particuliers et gouvernements qui s’expriment sur le sujet  ̶  et leurs paroles donnent l’élan qu’il faut pour apporter un changement.
 

 

L’Association canadienne pour la santé mentale

"Le logement abordable est un investissement dans la promotion de la santé et dans la prévention des maladies. Lorsqu’une personne dispose d’un logement adéquat, elle éprouve moins de troubles de santé et elle est donc apte à consacrer plus de son revenu à bien se nourrir et se vêtir et à en faire profiter sa famille."

Katharine Schmidt, directrice générale de Banques alimentaires Canada

"Un trop grand nombre de Canadiens sont contraints de choisir entre payer leur loyer ou nourrir leurs familles."
 
 

Sharad Kerur, directeur général de l’Association du logement sans but lucratif de l’Ontario

"Les taux d’inoccupation diminuent tandis que la demande de logements locatifs augmente. La population vieillissante, les niveaux accrus d’immigration et les futures conditions économiques joueront tous un rôle dans la détermination des besoins de logements locatifs au cours des années à venir – et il appartiendra aux collectivités locales et aux ordres supérieurs de gouvernement d’aider à combler ces besoins."
 
 
 

Harvey Cooper, directeur général du Bureau régional de l’Ontario de la Fédération de l’habitation coopérative du Canada

"Nous savons que le logement est une pierre angulaire essentielle de la vie des gens. Je m’inquiète au sujet des familles contraintes de choisir entre assumer le coût des produits de première nécessité, nourrir leur famille et payer le loyer."
 
 

J. David Hulchanski, Centre des études urbaines et communautaires, Université de Toronto (2003)

"Le manque de logements abordables prive un nombre important de Canadiens d’une collectivité favorable, de l’accès à un emploi et, dans les faits, de l’exercice de leurs droits civiques. Au-delà de la morale de la situation, cela représente un immense gaspillage de potentiel humain et a de graves répercussions sur la collectivité d’ensemble."
Agissez!
Our Twitter Feed FR